Activer l'ambiance

À visiter

Coffrets DVD

Des coffrets DVD qui traitent de sujets qui vous intéressent.

4
DVD

Passionnés d’aviation
Coffret de 4 DVD
(+ détails) 29,99 $

Histoires oubliées

http://www.histoiresoubliees.ca

Histoires oubliées est une série documentaire qui s'inspire de faits authentiques, d'événements marquants gravés dans notre mémoire collective.

Vous consultez :  
Encyclopédie collective / Série V / 100 Polonaises à Saint-Georges-de-Beauce

Rechercher

Vous aimez ce texte ?

Jetez un coup d'oeil à l'émission

100 Polonaises à Saint-Georges-de-Beauce

Visionner la bande annonce Accéder à l'encyclopédie Acheter ou louer


Engrenage d'une machine

Après la Crise économique des années 30 et la Deuxième Guerre mondiale, les Canadiens reprennent peu à peu leur petit train de vie. On manque toutefois de main-d’œuvre dans certaines usines, comme c’est le cas pour la Dionne Spinning Mills, une compagnie de textile située à Saint-Georges-de-Beauce.

Son propriétaire, Ludger Dionne, se tourne donc vers les réfugiées polonaises tout juste sorties des camps de concentration nazis. Pour leur donner la chance de retrouver une vie décente, il part pour la Pologne, d’où il revient accompagné de 100 jeunes Polonaises.

La Pologne

Pologne

La Pologne, dont la superficie est d’environ 312 000 km2, se trouve en Europe centrale et partage sa frontière avec l’Allemagne, la Slovaquie, la République tchèque, la Biélorussie, l’Ukraine et la Lituanie. On y compte près de 39 millions d’habitants, dont 1,6 million vivent dans la capitale, Varsovie.

La grande majorité des habitants parle le polonais, une langue slave, et pratique la religion catholique. Quant aux Juifs, ils représentent une minorité, soit un peu moins de
10 000 personnes, et résident principalement dans les grands centres.

Le conflit entre l’Allemagne et la Pologne

Obus

À l’aube des années 40, alors qu’Hitler et sa politique expansionniste gagnent du terrain, la sécurité de la Pologne devient de plus en plus précaire. En effet, à cette époque, le petit pays d’Europe centrale possède le corridor de Dantzig, un accès à la mer que les Allemands convoitent.

Ayant refusé de céder le territoire, la Pologne se voit attaquée, le 1er septembre 1939, par les forces militaires du dictateur nazi.

Plusieurs peuples occidentaux, tels les Français et les Anglais, ont promis à la Pologne de lui venir en aide en cas d’attaque étrangère. Toutefois, personne ne désire se mouiller quand les Allemands et leurs alliés soviétiques envahissent le pays et assassinent ou déportent les habitants.

S’il est permis de croire que ces événements servirent de prétexte à Hitler et sa politique d’extermination pour envahir la Pologne, ils n’en demeurent pas moins les premiers pas vers l’un des plus importants conflits de l’Histoire : la Seconde Guerre mondiale.

Le nazisme

Partisan du nazisme

Le nazisme est une idéologie raciste prônée, en 1919, par le Parti national-socialiste des travailleurs allemands et popularisée par Adolf Hitler. Il visait à regrouper les pays et régions germanophones pour mieux dominer le monde entier.
Ses partisans croyaient que les Allemands étaient issus d’une race supérieure, appelée « aryenne ». Celle-ci était caractérisée par des cheveux blonds, des yeux pâles et une prédisposition au génie !

Idéologie totalitaire, les adeptes du nazisme n’hésitèrent pas à user de stratagèmes pour endoctriner la population allemande. Un peu dans l’esprit d’un lavage de cerveau massif, on imposa les idées du parti au peuple par le biais d’associations, comme les Jeunesses hitlériennes, de campagnes de propagande ou des forces armées.

Au plus fort du pouvoir d’Hitler, les gens de race « inférieure » étaient systématiquement éliminés ou traités comme du bétail. Heureusement, l’indignation du reste du monde eut raison du dictateur nazi et de son idéologie au terme de la Seconde Guerre mondiale.

La politique d’extermination d’Adolf Hitler

Politique d'extermination d'Adolph Hitler

Selon la doctrine nazie, le monde était divisé en quatre grands groupes raciaux : les Aryens, les peuples libres (ou tolérés), les esclaves et les sous-hommes. Ces derniers, étant carrément considérés comme indésirables et devant être éliminés à tout prix, comprenaient principalement les Juifs et les Tziganes.

Pour s’en débarrasser, Adolf Hitler créa une politique d’extermination qui provoqua un déluge d’atrocités et d’injustices. Pour faire disparaître ceux qu’il appelait les
« untermenschen », le chancelier nazi envahit la Pologne, où la concentration des Juifs était particulièrement élevée.

Brûlés vifs dans des fours crématoires, utilisés pour des recherches médicales, envoyés dans des camps de concentration ou de travaux forcés, exécutés dans des chambres à gaz ou à la mitraillette, environ 6 millions de Juifs furent victimes de ce véritable génocide.

L’Holocauste

Feu

On nomme Holocauste, ou Shoah, l’ensemble des atrocités commises par les autorités allemandes pendant la Deuxième Guerre mondiale. Dans le domaine religieux, le terme signifie « sacrifice par le feu » ou « brûler en entier ».

Si on l’utilise surtout pour désigner l’élimination des Juifs et des Tziganes, le mot « Holocauste » englobe aussi les autres personnes massacrées par les troupes d’Hitler : les handicapés, les malades mentaux, les homosexuels et les prisonniers politiques. En tout, la Shoah fit entre 10 et 12 millions de victimes.

Les camps de concentration

Barbelés

Au plus fort de la guerre, on construisit des camps de concentration pour y envoyer les individus visés par la politique raciste et totalitaire d’Adolf Hitler. D’abord opérés en Allemagne, on en bâtit ensuite un peu partout à travers les pays envahis.

Les gens y étaient traités comme des prisonniers ou des bêtes de somme. Une fois rasés, on leur attribuait un numéro qui était tatoué sur leur bras. À peine nourris et vivant dans des conditions inhumaines, ils étaient à la merci des forces allemandes qui les condamnaient à travailler comme des esclaves.

Petit à petit, les Allemands construisirent ou transformèrent les établissements déjà existants en « camps de la mort », ou camps d’extermination. Pires que les précédents, ils avaient comme principale fonction de tuer massivement les prisonniers qu’on y expédiait.

On y retrouvait, entre autres, des chambres à gaz, semblables à des salles de douches pour leurrer les victimes, ainsi que des rangées de fours crématoires.

L’immigration polonaise au Canada

Mineur

Avant la Deuxième Guerre mondiale, le Canada accueillit un nombre restreint d’immigrants polonais, majoritairement des paysans ou pieux catholiques à la recherche de travail. Certains s’établirent dans les plaines de l’Ouest, d’autres se consacrèrent à l’installation des rails de chemins de fer ou au travail à la pioche dans les mines de charbon.

À la suite du second conflit mondial, une vague d’immigration polonaise s’abattit sur le Canada. Les nouveaux arrivants étaient principalement d’anciens combattants de l’armée, des opposants à la nouvelle politique communiste de la Pologne ou des survivants des camps de concentration nazis.

L’accueil fait aux immigrants polonais fut plutôt chaleureux. En effet, les difficultés qu’ils avaient connues pendant la guerre attiraient la sympathie des gens. Beaucoup s’installèrent dans les grandes villes où du travail les attendait. Aujourd’hui, on compte environ 800 000 individus d’origine polonaise à travers le pays.

Paragraphes soumis par les internautes

© PVP interactif / Les Productions Vic Pelletier inc. Tous droits réservés