Activer l'ambiance

À visiter

Coffrets DVD

Choisissez le coffret DVD qui correspond le mieux à vos intérêts !

4
DVD

Faune et flore du Québec
Coffret de 4 DVD
(+ détails) 29,99 $

Histoires oubliées

http://www.histoiresoubliees.ca

Histoires oubliées est une série documentaire qui s'inspire de faits authentiques, d'événements marquants gravés dans notre mémoire collective.

Vous consultez :  
Encyclopédie collective / Série III / Les démons blancs

Rechercher

Vous aimez ce texte ?

Jetez un coup d'oeil à l'émission

Les démons blancs

Visionner la bande annonce Accéder à l'encyclopédie Acheter ou louer


Groupe de bélugas

Il a un air naïf, il est doux et toujours souriant. Le béluga est un mammifère cétacé très attachant. Qui peut croire qu’il a déjà été indésirable ? Aussi inconcevable que cela puisse paraître, du XVIIe au début du XXe siècle, cette baleine blanche fit l’objet d’une chasse systématique. Le béluga fut même surnommé à une époque le « démon blanc ». On cherchait à l’éliminer parce qu’on disait qu’il mangeait beaucoup trop de morues et de saumons.

Le béluga

Bélugas au coucher du soleil

Le béluga mâle pèse 1 500 kg, la femelle 1 350 kg et le veau de 35 à 85 kg. La femelle peut donner naissance à un petit une fois aux trois ans, vers la fin du printemps ou au début de l’été. La durée de vie moyenne du béluga est 10 ans, mais sa longévité maximale est de 25 à 30 ans.

Il a un air naïf, il est doux et il semble toujours souriant. Le béluga est un mammifère cétacé très attachant. Il vit entre autres dans la région de Tadoussac, où l’eau douce du Saguenay et l’eau salée du Saint-Laurent se mélangent. Aussi appelé baleine blanche, le béluga a transformé le village de Tadoussac en un important centre d’observation de petites et grandes baleines.

Le béluga nage plus lentement que le dauphin. Sa vitesse de croisière ne dépasse pas 22 kilomètres à l’heure. Il ne jaillit pas de l’eau, ne nage pas en bondissant et montre rarement sa queue quand il plonge. Le béluga peut passer de 15 à 30 minutes sous l’eau en une seule plongée. C’est pourquoi il peut aisément nager sous la glace. Il nage bien dans les bas-fonds, mais peut aussi faire des cabrioles dans moins de deux mètres d’eau.

Qui peut croire que le béluga ait déjà été indésirable ? Aussi inconcevable que cela puisse paraître, du XVIIe au début du XXe siècle, la baleine blanche fit l’objet d’une chasse systématique. Le béluga fut même surnommé à une époque le « démon blanc ». On cherchait à l’éliminer parce qu’on disait qu’il mangeait beaucoup trop de morues et de saumons.

En 1920, le gouvernement encouragea les pêcheurs à emporter des carabines sur leur bateau et à tirer sur tous les bélugas qu’ils voyaient. Une prime de 15 $ était remise à chaque personne qui rapportait une queue de béluga au ministère de l’Agriculture, de la Colonisation et des Pêcheries. Un bombardement aérien fut aussi organisé.

De nos jours, ce ne sont plus les chasseurs qui menacent le béluga, mais bien les changements climatiques et la pollution. Ces baleines blanches meurent ou sont gravement malades à cause des parasites, des infections causées par les bactéries, des virus et du cancer. 27 % des bélugas de l’estuaire du Saint-Laurent meurent d’un cancer. Il s’agit du taux de mortalité le plus élevé autant chez les animaux que chez les humains.

L’Institut national d’écotoxicologie du Saint-Laurent

Béluga

Pierre Béland a fondé en 1987 l’Institut national d’écotoxicologie du Saint-Laurent, un organisme privé voué à la recherche sur les effets des produits chimiques toxiques dans les écosystèmes aquatiques (marins et dulcicoles).

L’origine du mot « béluga »

Bélugas

Le nom « béluga » vient du mot russe belukha qui veut dire « blanc ». Le béluga a plusieurs surnoms : on l’appelle baleine blanche, marsouin, et même démon blanc à une certaine époque. Son nom scientifique est Delphinapterus leucas, ce qui signifie « dauphin blanc sans aileron ».

Le langage du béluga

Chant du béluga

On dit que le béluga est capable d’émettre un répertoire impressionnant de sons. Voici ce qu’il peut nous faire entendre si on le visite sur le fleuve : des aboiements, des caquètements, des cliquetis, des gargouillements, des grognements, des gémissements, des reniflements, des couinements, des trilles, des sifflements, etc.

Paragraphes soumis par les internautes

© PVP interactif / Les Productions Vic Pelletier inc. Tous droits réservés