Activer l'ambiance

À visiter

Coffrets DVD

Des coffrets DVD qui traitent de sujets qui vous intéressent.

4
DVD

Faune et flore du Québec
Coffret de 4 DVD
(+ détails) 29,99 $

Histoires oubliées

http://www.histoiresoubliees.ca

Histoires oubliées est une série documentaire qui s'inspire de faits authentiques, d'événements marquants gravés dans notre mémoire collective.

Vous consultez :  
Encyclopédie collective / Série II / Le rêve d’un colonel

Rechercher

Vous aimez ce texte ?

Jetez un coup d'oeil à l'émission

Le rêve d’un colonel

Visionner la bande annonce Accéder à l'encyclopédie Acheter ou louer


Paysage

En 1923, un industriel américain, le colonel Robert McCormick, propriétaire du Chicago Tribune et du New York Daily News, s’intéresse aux réserves de bois de la rivière Manicouagan pour compléter ses approvisionnements. Aujourd’hui, Baie-Comeau compte près de 26 000 habitants et la ville est parmi les fers de lance de l’activité économique de la Côte-Nord.

Complément d’information

L’activité économique de Baie-Comeau

Usine de papier

Baie-Comeau est une ville industrielle importante. Dès 1936, une papetière fut érigée à proximité de la baie des Anglais, afin de transformer les ressources forestières de la région et de les expédier par voie maritime. Par la suite, la grande disponibilité des ressources minérales et hydroélectriques contribua à l’essor de cette partie de la Côte-Nord.

Baie-Comeau se caractérise aujourd’hui par trois secteurs d’activité liés au papier, à l’aluminium et à l’agriculture. Ces sphères d’activité sont représentées par le sigle populaire
« Papalugrain », acronyme tiré des premières syllabes des mots papier, aluminium et grain. Dans ce dernier cas, c’est le lieu de transit des grains et non la vocation agricole proprement dite de Baie-Comeau qui est mis en relief.

Les principaux employeurs de Baie-Comeau sont la Société canadienne des métaux Reynolds, la papetière et la scierie Donohue ainsi qu’Hydro-Québec. La municipalité possède également toutes les infrastructures nécessaires à l’exportation de sa production (port de mer, voies ferrées et transport routier).

Complément d’information

Le nom « Baie-Comeau »

Baie-Comeau

La ville de Baie-Comeau est située à l’embouchure de la rivière Manicouagan, au fond de la baie des Anglais, laquelle comprend l’anse du Moulin et la baie Comeau. Le nom de la ville a d’abord été attribué au bureau de poste en 1929 sous la forme de Comeau Bay. Il a été francisé en 1936. Le toponyme de la ville est tiré de celui de la baie.

L’appellation « Baie-Comeau » rappelle le rôle culturel majeur du naturaliste Napoléon-Alexandre Comeau (1846-1923), auteur de La vie et le sport sur la Côte-Nord, œuvre publiée en 1945 et ayant fortement contribué à son renom. Médecin et naturaliste important, il a notamment effectué, en 1886, un sauvetage de gens prisonniers des glaces sur le Saint-Laurent. Ce geste lui a valu une admiration sans borne de la part des Nord-Côtiers de l’époque.

Le colonel McCormick

Statue du colonel McCormick

Robert R. McCormick ne semblait pas être un homme au caractère facile. Certains disaient de lui qu’il était excentrique et qu’il avait un tempérament difficile. On lui reprochait également de se servir de ses quotidiens pour faire valoir son point de vue. Avide d’argent et de pouvoir, il contrôla à sa manière, durant un certain temps, le Middle West américain.

Néanmoins, le colonel McCormick payait ses employés de manière substantielle. Il préférait se retrouver auprès des Canadiens français de la Côte-Nord ou avec le personnel des presses plutôt que de fréquenter les bureaucrates et les nantis de son milieu. Certains affirmaient que le colonel pouvait démonter une presse à journaux et l’assembler sans difficulté. Il fut d’ailleurs le premier magnat de l’industrie journalistique à posséder tous les maillons de la chaîne de production.

Robert R. McCormick était également un homme d’idées. Il fut un pionnier en ce qui concerne les communications sans fil et l’utilisation de la couleur dans le domaine de l’imprimerie, de même que la création du premier télécopieur. Il construisit également le premier stationnement souterrain et révolutionna la présentation du lait en créant le carton jetable.

Vers 1923, le colonel McCormick décida de s’approvisionner dans la région de la Côte-Nord. Pourquoi ? D’abord, d’un point de vue politique, le gouvernement du Québec octroyait alors aux industries américaines des droits de coupe du bois à l’intérieur de zones prédéterminées. En échange, les compagnies devaient construire à proximité les installations nécessaires à la transformation des matières premières et ainsi fournir du travail aux habitants de la région.

En second lieu, puisque les quotidiens appartenant à Robert McCormick étaient imprimés à Chicago, sur la rive du lac Michigan, et à New York, en bordure de l’océan Atlantique, il lui fallait centraliser géographiquement les approvisionnements en fonction de la localisation de ces quotidiens. Comme le fleuve Saint-Laurent s’écoule des Grands Lacs jusqu’à l’océan Atlantique, la Côte-Nord, située presque à mi-chemin entre New York et Chicago, constituait un endroit stratégique.

Enfin, le colonel McCormick possédait déjà des droits de coupe dans la région de Shelter Bay (Port-Cartier). La région de Baie-Comeau étant à proximité, le colonel s’assurait alors le monopole du bois dans cette partie de la Côte-Nord.

Paragraphes soumis par les internautes

La Fondation McCormick

Texte de:  Jean Yves Coté
Date:  2012-07-08

La Fondation McCormick qui existe depuis la mort du Colonel est une Fondation prestigieuse, elle a son siege social a Chicago et a quelques reprises a donné de l'argent a la Ville de Baie-Comeau pour l'aider a évoluer culturellement. Pour plus de détails sur la Fondation.......Google.

Ajouter un nouveau paragraphe à cet article

© PVP interactif / Les Productions Vic Pelletier inc. Tous droits réservés