Activer l'ambiance

À visiter

Coffrets DVD

Faites votre choix parmi tous nos DVD thématiques !

4
DVD

Faune et flore du Québec
Coffret de 4 DVD
(+ détails) 29,99 $

Histoires oubliées

http://www.histoiresoubliees.ca

Histoires oubliées est une série documentaire qui s'inspire de faits authentiques, d'événements marquants gravés dans notre mémoire collective.

Vous consultez :  
Encyclopédie collective / Série III / Labrieville, le grand défi

Rechercher

Vous aimez ce texte ?

Jetez un coup d'oeil à l'émission

Labrieville, le grand défi

Visionner la bande annonce Accéder à l'encyclopédie Acheter ou louer


Turbine

À la suite de la création d’Hydro-Québec en 1944, l’organisme doit répondre rapidement aux besoins d’électricité du réseau métropolitain. Il faut donc trouver une nouvelle source d’énergie hydraulique. Le projet Bersimis voit le jour. Il implique la construction de deux barrages et d’un long tunnel de béton qui transportera l’eau vers une centrale souterraine. Une ville est donc construite spécialement pour les travailleurs de Bersimis : Labrieville.

Les barrages de la rivière Bersimis

Turbine

En avril 1944, Hydro-Québec est créée. Dès lors, cet organisme, sous le contrôle de l’État, doit répondre rapidement aux besoins d’électricité du réseau métropolitain. Le développement de l’exploitation minière du nord du Québec va aussi occasionner une consommation accrue d’électricité. Il faut donc trouver une nouvelle source d’énergie hydraulique.

On choisit la rivière Bersimis, au nord de Forestville. Cette rivière prend sa source dans les lacs Pipmuacan et Cassé. Le projet Bersimis est audacieux. Il implique la construction de deux barrages pour former un immense réservoir naturel. Un long tunnel de béton doit également être creusé dans le roc afin de transporter l’eau vers une centrale souterraine.

Le chantier de Bersimis va faire l’objet de reportages à travers le monde. La plus grande prouesse des travailleurs de Bersimis est sans doute d’avoir creusé un tunnel d’environ 10 kilomètres dans le cœur du bouclier canadien. Ces braves hommes ont connu plusieurs difficultés, mais ils les ont surmontées. Ce chantier a été un terrain d’apprentissage enrichissant pour Hydro-Québec.

Bersimis-1 abrite huit groupes de turbines-alternateurs qui développent une puissance de 936 MW. La superficie du réservoir est de 798 km2 et la hauteur de la chute est de 263,53 mètres. Cette centrale a été mise en service en 1956.

Bersimis-2, en service depuis 1959, est dotée de cinq groupes de turbines qui lui donnent une puissance de 798 MW. Son réservoir a une superficie de 42 km2, alors que sa chute est de 115,83 mètres de hauteur.

Labrieville

Environs de Labrieville

Labrieville est une petite ville construite sur un plateau désert, près de la centrale. Cette localité n’accueille que les familles des travailleurs de Bersimis. La ville bénéficie des mêmes services que les grands centres : on y trouve entre autres un hôpital, un hôtel, une banque et un centre commercial.

Ces gens qui ont eu la détermination de participer aux projets de Bersimis et conséquemment de Labrieville, ont largement contribué à faire évoluer le Québec et l’hydroélectricité.

Le premier ministre Maurice Duplessis et monseigneur Labrie ont assisté à l’inauguration de Labrieville. Duplessis, en s’adressant aux résidants de la nouvelle ville, a souligné l’implication active de monseigneur Labrie dans la fondation de la localité. Il a ensuite déclaré que le lieu devait porter le nom du saint homme : Labrieville.

Napoléon-Alexandre Labrie

Napoléon-Alexandre Labrie

Napoléon-Alexandre Labrie est né à Godbout le 5 août 1893. Il a étudié chez les pères eudistes sur la Côte-Nord, puis en Nouvelle-Écosse, au Nouveau-Brunswick et enfin à Rome, où il a été ordonné prêtre en 1922.

Monseigneur Labrie a été nommé vicaire apostolique du Golfe Saint-Laurent en 1938. Il a participé notamment à la fondation de Hauterive et de Labrieville.

Paragraphes soumis par les internautes

Ancien résident de l'abrieville

Texte de:  Mario desjardins
Date:  2014-08-10

Bonjour , mon nom : mario desjardins fils de Léopold desjardins et Simone Pelletier mes parents sont arrivée à l'abrieville en 1953 et nous avons quitter en 1973 lord de la fermeture et du déménagement des maisons à Forestville. J'y ai passe le plus clair de mon enfance et plein de souvenirs émergent encore aujourd'hui dans mes pensées . J habite maintenant baie comeau. Mais j'y retourne à chaque automne ( chasse ) avec mon fils..notre famille comptait 6 enfants : jean-Guy, normand , pauline , ghislain , moi même et maryse.

Ajouter un nouveau paragraphe à cet article

© PVP interactif / Les Productions Vic Pelletier inc. Tous droits réservés