Activer l'ambiance

À visiter

Coffrets DVD

Choisissez le coffret DVD qui correspond le mieux à vos intérêts !

4
DVD

Femmes de tête
Coffret de 4 DVD
(+ détails) 29,99 $

Histoires oubliées

http://www.histoiresoubliees.ca

Histoires oubliées est une série documentaire qui s'inspire de faits authentiques, d'événements marquants gravés dans notre mémoire collective.

Vous consultez :  
Encyclopédie collective / Série III / La menace du ciel

Rechercher

Vous aimez ce texte ?

Jetez un coup d'oeil à l'émission

La menace du ciel

Visionner la bande annonce Accéder à l'encyclopédie Acheter ou louer


Rivière

Lors de la Seconde Guerre mondiale, les autorités canadiennes craignent en secret que les Allemands attaquent l’Alcan d’Arvida puisque l’aluminium qu’on y produit sert principalement à construire les avions militaires dont fait usage l’Angleterre. La menace s’intensifie lorsque la France tombe aux mains de l’ennemi. Pour protéger la région et éviter la catastrophe, le gouvernement canadien ouvre la base de Bagotville en 1942 et renforce la sécurité sur le site de l’usine.

L’aluminium et la menace de guerre au Saguenay

Aluminerie d'Arvida

Les habitants du Saguenay-Lac-Saint-Jean ne le savent pas, mais pendant la Seconde Guerre mondiale, leur coin de pays aurait pu être l’une des premières cibles bombardées par les Allemands en Amérique du Nord. À cette époque, les installations de l’Alcan, à Arvida, fournissaient entre 80 et 90 % de l’aluminium qu’utilisait l’Angleterre.

Étant donné que ce métal servait, entre autres, à la construction d’avions de guerre, les nazis auraient pu écraser leurs ennemis à la source, surtout que la défense de la Grande-Bretagne s’effectuait par la voie des airs, en raison de son insularité.

Au Canada, les Forces armées canadiennes s’occupaient de la défense du pays. Avec de modestes moyens, elles devaient gérer la menace croissante qu’entraînait la collaboration avec l’Empire britannique à la suite de la chute de la France aux mains de l’ennemi. L’armée transféra de Halifax à Arvida quatre de ses huit canons antiaériens et ouvrit, en 1942, la base de Bagotville où furent formés les pilotes de chasse.

Les usines de l’Alcan et les centrales restèrent bien gardées. Les hauts responsables du gouvernement, de l’armée et de l’Alcan sentaient la menace qui planait, mais, les habitants, eux, continuèrent à dormir en toute tranquillité et ne furent informés du danger que bien plus tard.

L’aluminerie d'Arvida

Barrage

Même si le bleuet fait office d’emblème régional, le Saguenay-Lac-Saint-Jean est d’abord un important producteur d’aluminium. La région fournit 45 % de la production québécoise et 5 % de la production mondiale.

L’une des plus anciennes alumineries du continent nord-américain se situe à Arvida. Elle fut fondée en 1926 par Arthur Vinning Davis, dont les premières lettres du nom forment le toponyme de la ville. Les usines de la compagnie Alcan représentent un atout majeur dans le développement économique du milieu.

Au plus fort de sa production, qui coïncide avec la Seconde Guerre mondiale, l’usine d’Arvida emploie 16 000 travailleurs, incluant les ouvriers de la compagnie et les hommes affectés à la construction des nouvelles salles de cuves. Aujourd’hui, la mécanisation a remplacé une partie de la main-d’œuvre, mais Alcan engage tout de même 6 600 personnes dans cette seule région.

En 1940, l’usine d’Arvida consomme à elle seule 25 % de toute l’électricité produite au Canada. À la suite de la vente de 340 000 tonnes d’aluminium aux Américains, elle finance la construction d’une centrale hydroélectrique au confluent des rivières Saguenay et Shipshaw. À cette époque, elle est la plus grosse centrale au monde.

Le Saguenay—Lac-Saint-Jean

Saguenay−Lac-Saint-Jean

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean regroupe environ 3,8 % de la population québécoise, soit quelque 280 000 habitants. On surnomme ceux-ci les « Bleuets », en raison de l’abondance et de la qualité du petit fruit qui fait la renommée de la région. La superficie du territoire s’étend sur 104 000 km2, soit un peu moins que celle de Cuba.

Le Musée de l’aviation du Canada

Intérieur du Musée de l'aviation à Ottawa

Le Musée de l’aviation du Canada permet de découvrir plusieurs modèles d’avions, comme le fameux Hurricane. Pourvu d’un moteur Rolls Royce de plus de 1 300 chevaux, cet appareil atteint une vitesse de 530 km/h. Des centaines d’avions de ce type ont été construits durant la Seconde Guerre mondiale et ils ont joué un rôle décisif dans la bataille d’Angleterre.

Paragraphes soumis par les internautes

© PVP interactif / Les Productions Vic Pelletier inc. Tous droits réservés