Activer l'ambiance

À visiter

Coffrets DVD

Faites votre choix parmi tous nos DVD thématiques !

4
DVD

Faune et flore du Québec
Coffret de 4 DVD
(+ détails) 29,99 $

Histoires oubliées

http://www.histoiresoubliees.ca

Histoires oubliées est une série documentaire qui s'inspire de faits authentiques, d'événements marquants gravés dans notre mémoire collective.

Vous consultez :  
Encyclopédie collective / Série V / Kapitai-Kallak, J.E. Bernier

Rechercher

Vous aimez ce texte ?

Jetez un coup d'oeil à l'émission

Kapitai-Kallak, J.E. Bernier

Visionner la bande annonce Accéder à l'encyclopédie Acheter ou louer


Iceberg

Aventurier jusqu’à la moelle, le capitaine Joseph-Elzéar Bernier apprend, dès son plus jeune âge, le métier de mousse sur les bateaux de son père. À 17 ans, il devient le plus jeune capitaine à franchir l’Atlantique.

Au fur et à mesure que sa soif d’aventure grandit, germe dans son esprit le désir d’être le premier à atteindre le pôle Nord. Même s’il ne réussira pas cet exploit, ses voyages répétés dans l’Arctique permettront d’élargir la frontière nordique de son pays.

Joseph-Elzéar Bernier

Rocher gravé par J.E. Bernier

Joseph-Elzéar Bernier naît à l’Islet, le 1er janvier 1852, dans une famille où les hommes sont capitaines de bateau de père en fils. C’est d’ailleurs son père qui lui apprend les rudiments du métier alors qu’il n’a que 14 ans.

Il travaille comme simple mousse pendant quelques années, avant d’être promu matelot. Ayant de l’eau salée dans les veines, il accomplit toutes ses tâches sans rechigner et devient, à l’âge de 17 ans seulement, capitaine du Saint-Joseph. C’est alors le début d’une longue carrière !

Au fil des années, une idée germe dans son esprit : devenir l’un des premiers à explorer les eaux arctiques et à découvrir le pôle Nord. À cette époque, les nombreuses îles du Nord ne sont pas connues et le gouvernement ne semble pas trop s’y intéresser.

Le capitaine Bernier part enfin à l’aventure le 28 juillet 1906, à bord de l’Arctic, un bateau d’origine allemande qu’il a acquis peu de temps auparavant. Avec son équipage comptant une quarantaine d’hommes, il prendra possession, au nom du Canada, de tout l’archipel arctique, de la terre de Baffin au Yukon, en passant par le pôle Nord. Il meurt le 26 décembre 1934 des suites d’une crise cardiaque.

Complément d’information

L’Arctique

Paysage arctique

L’archipel arctique est constitué de 36 563 îles, dont 94 sont considérées comme « principales ». Les plus imposantes sont celles de Baffin, Devon, d’Ellesmere et Axel Heiberg.

L’ensemble de ces territoires couvre un peu plus de
1 400 000 kilomètres carrés. Les îles, recouvertes de pergélisol et de neige, sont séparées par divers chenaux aux dimensions comparables à certaines mers d’Europe !

Au nord de l’archipel, la nuit peut durer trois jours et la température atteindre des extrêmes allant jusqu’à -50 °C. Il va sans dire que peu de gens peuplent ce territoire austère.

Le peuple inuit

Danseurs inuits

On appelle Inuits les habitants des régions nordiques de l’Amérique. Les Européens les appelaient autrefois Esquimaux. Toutefois, cette appellation est qualifiée de péjorative de nos jours, puisqu’elle signifie « mangeurs de viande crue ».

On préfère aujourd’hui le mot « Inuit », qui veut dire « peuple ». On compte environ 45 000 de ces habitants nordiques sur le territoire canadien.

Les premiers Inuits à s’installer dans l’Arctique canadien sont arrivés il y a environ 1000 ans. Il est probable qu’ils furent attirés par la richesse des zones de chasse et de pêche de la région.

Plus tard, un peu comme ils firent avec les Amérindiens, les Européens tissèrent des liens avec eux, leur faisant connaître des outils et des objets de toutes sortes, mais également de nouvelles maladies et mauvaises habitudes.

Malgré tous les ennuis qu’ils leur apportaient, les Inuits ne se méfiaient pas vraiment des hommes blancs. En fait, il arrivait que l’un de ceux-ci adopte les coutumes d’un peuple inuit et finisse par s’en faire adopter.

Comme les populations étaient généralement parsemées de part et d’autre en petits groupes, l’arrivée d’un nouvel individu était souvent bien vue, puisqu’elle leur offrait la possibilité d’éviter la consanguinité.

Le rôle de l’homme et de la femme dans un couple inuit était très bien défini. L’homme se chargeait de construire la maison et de ramener la nourriture, pendant que la femme préparait les vêtements et s’occupait des repas.

L’alliance que représentait le mariage était une véritable nécessité pour survivre dans un milieu aussi hostile.

Considérés comme des sujets canadiens qu’à partir de 1925, les Inuits ont toutefois perdu beaucoup en ce qui concerne leur culture et leurs traditions.

Après la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement s’intéressa un peu à leur situation et leur attribua une part de territoire ainsi que des droits.

La souveraineté de l’Arctique

Paysage arctique

La souveraineté de l’Arctique est, aujourd’hui, un sujet plutôt épineux. Bien que le Canada possède officiellement les îles de ce territoire nordique, la situation reste précaire. En effet, la grande majorité du territoire est inhabitée et ne bénéficie que d’une faible défense militaire, ce qui la rend donc vulnérable à l’envahisseur.

Ensuite, si le territoire terrestre appartient au Canada, il n’en est pas de même pour les détroits et les chenaux qui l’entourent, comme c’est d’ailleurs le cas du célèbre passage du Nord-Ouest. Ainsi, de nombreux bateaux étrangers sillonnent les eaux canadiennes sans en avoir la permission.

Paragraphes soumis par les internautes

l'homme de L'océan

Texte de:  Henri
Date:  2013-05-14

Tout ce qu'il a accompli n'est pas naturellement arrivé tout seul: son courage, sa vitalité exceptionnelle, son endurance et son esprit indépendant ont été ses moteurs.

Ajouter un nouveau paragraphe à cet article

© PVP interactif / Les Productions Vic Pelletier inc. Tous droits réservés