Activer l'ambiance

À visiter

Coffrets DVD

Choisissez le coffret DVD qui correspond le mieux à vos intérêts !

4
DVD

Sur le pied de guerre
Coffret de 4 DVD
(+ détails) 29,95 $

Histoires oubliées

http://www.histoiresoubliees.ca

Histoires oubliées est une série documentaire qui s'inspire de faits authentiques, d'événements marquants gravés dans notre mémoire collective.

Vous consultez :  
Encyclopédie collective / Série III / Mi-dieu, Mi-diable (Charles Chiniquy)

Rechercher

Vous aimez ce texte ?

Jetez un coup d'oeil à l'émission

Mi-dieu, Mi-diable (Charles Chiniquy)

Visionner la bande annonce Accéder à l'encyclopédie Acheter ou louer


Homme religieux faisant le signe de croix

Le prêtre Charles Chiniquy est un homme qui sème la controverse partout où il passe. Au XIXe siècle, il fonde la Société de la tempérance pour enrayer l’abus d’alcool chez les Canadiens. C’est un homme de convictions, qui attire et convertit des foules impressionnantes. Cependant, son impétuosité finit par déranger ses pairs et le mène vers l’excommunication.

Complément d’information

Charles Chiniquy

Homme religieux

Charles Chiniquy naquit en 1809 à Kamouraska. À la suite de ses études au Séminaire de Nicolet, au milieu du XIXe siècle, le prêtre arriva dans sa première paroisse à Beauport. Il fut déçu de constater qu’il y avait une multitude d’auberges et de brasseries pour les ivrognes, mais aucune école pour les enfants !

Chiniquy commença alors une longue bataille contre l’abus d’alcool et prêcha la tempérance. Il convertit 17 000 fidèles en un mois seulement. Au cours de son combat, ce nombre allait atteindre les 200 000 personnes. Le prêtre de la sobriété publia même un manuel de la tempérance dans lequel il s’adressait surtout aux jeunes Canadiens.

Charles Chiniquy était un orateur remarquable. Il n’est donc pas surprenant que les foules se soient rassemblées pour assister à ses discours. Pendant ses années de prêtrise, il accéda à un statut de vedette dans les paroisses où il prêchait. Ses accomplissements impressionnaient et sa détermination à régler les lacunes de la société l’aida à gagner l’admiration du peuple.

Malgré cela, il fut excommunié en 1856 parce qu’il osa dire haut et fort que le clergé ne détenait pas la science infuse sur la parole de Dieu, mais que la Bible, elle, possédait la vérité absolue. Il se tourna plus tard vers l’Église presbytérienne.

L’abbé Charles Chiniquy a prêché pour l’Église catholique chrétienne jusqu’à sa mort en 1899. Il était alors âgé de 90 ans. Plus de 10 000 personnes assistèrent à ses funérailles. Protestants et catholiques confondus saluèrent alors une dernière fois ce grand homme. Il fut enterré au cimetière protestant de la montagne du Mont-Royal.

Complément d’information

L’alcool au XIXe siècle

Vieille  bouteille d'alcool

Les gens du XIXe siècle buvaient beaucoup d’alcool pour ne pas attraper le choléra. L’eau n’étant pas traitée à l’époque, les risques de contracter cette maladie était assez élevés. On buvait donc plutôt de l’alcool. De plus, on disait que cette boisson réglait la plupart des problèmes de santé.

À cette époque, on constata que la population était prise par une vague d’alcoolisme. L'eau-de-vie entrait à flots, coûtait souvent moins cher que la nourriture et protégeait, disait-on, de toutes les maladies. On vit alors apparaître des croisades pour la tempérance qui résolurent en partie le problème, mais qui causèrent l’apparition des premiers marchés d’alcool de contrebande au Canada français.

Paragraphes soumis par les internautes

© PVP interactif / Les Productions Vic Pelletier inc. Tous droits réservés